Emploi

Etudiants et crise sanitaire : comment gagner de l’argent en parallèle de ses études ?

Une jeune sur six a arrêté ses études en 2021. C’est un triste constat qui montre à quel point les étudiants sont dans une position compliquée en cette période pandémique. La situation économique de la tranche d’âge des 18-25 ans est telle que certains n’ont pas d’autre choix que devoir travailler après leurs études. Il n’est pas toujours facile de trouver le job idéal pour avoir de l’argent et du temps, mais certaines solutions existent dans des établissements scolaires ou dans des foyers.

La situation économique des étudiants en 2021

Depuis le début de la crise sanitaire, début 2020, les étudiants sont dans une situation économique compliquée. En effet, selon une récente étude, six jeunes sur dix ont dû arrêter leurs études pour entrer plus tôt que prévu dans le monde du travail. Le coût de la vie est cher et il faut parfois, loin de chez soi, assurer les frais d’un loyer élevé, de la nourriture et de l’université. Les étudiants n’ayant pas beaucoup de temps en dehors des heures de cours et des temps de révision, il leur est difficile de conjuguer leur scolarité avec un travail rémunéré.

À cela s’ajoutent les problèmes psychologiques dus à l’enfermement et à la solitude et l’amplification des addictions. Selon une étude publiée par France Bleu, elles auraient d’ailleurs progressé de 30 % en un an. Alors pour prendre soin de soi, s’en sortir et poursuivre ses études il faut commencer par bien s’entourer et s’informer sur les différentes possibilités. Certains petits jobs étudiants sont beaucoup plus accessibles que d’autres et laissent le temps nécessaire pour les révisions, en voici quelques exemples.

Gagner de l’argent : les petits boulots qui ont le plus de succès

Des jobs sur le campus

Certaines écoles ou universités proposent des petits boulots étudiants sur le lieu même du campus. Cette option peut-être très intéressante, surtout pour tous ceux qui dorment à l’internat. Une fois le travail effectué, il ne reste plus qu’à traverser la route pour rejoindre sa chambre et ses cahiers de révision. Certains panneaux d’affichage dans les accueils indiquent les jobs étudiants disponibles dans toute l’université. Il est ainsi possible de trouver des emplois tels que : formateur ou aide en bibliothèque universitaire, tuteur, moniteur informatique mais également en charge de l’accueil des nouveaux arrivants ou des journées portes ouvertes.

En travaillant à l’intérieur des bâtiments universitaires, les étudiants ont, de plus, la possibilité de coupler très facilement leurs horaires de cours avec leurs horaires de travail. Le personnel est en effet conscient que les étudiants présents dans l’établissement peuvent avoir des horaires particuliers voire changeants, ils n’ont donc aucun mal à moduler leurs temps de travail. Un gros avantage donc par rapport à un emploi lambda qui exigera un emploi du temps à horaires fixes, qui peuvent parfois pousser les étudiants salariés à manquer des heures de cours et donc risquer de mettre en péril les examens et l’année scolaire.

Le soutien scolaire

Certaines plateformes proposent de mettre en relation des parents demandeurs de soutien scolaire pour leurs enfants et des enseignants ou jeunes diplômés. Cette solution peut être très intéressante pour tous les étudiants recherchant un travail pour arrondir les fins de mois et pour rester dans leur domaine d’apprentissage et de compétences. De plus, en choisissant de faire du soutien scolaire, les étudiants peuvent renseigner leurs disponibilités sur les sites spécialisés. Un bon moyen donc de pouvoir allier études et travail.

Concernant la rémunération, les étudiants bénéficient d’un taux horaire avantageux puisque supérieur au smic. En effet, il faut compter aux environs de 13,50 € de l’heure pour une aide apportée à un élève de primaire et autour 14,50 € de l’heure pour un niveau collège. Les rémunérations augmentent en fonction du niveau scolaire du jeune en demande mais également des familles. En effet, l’étudiant qui propose ses services, peut choisir sur certaines plateformes son taux horaire, c’est aux familles d’accepter ou non la requête. Attention tout de même à ne pas être trop gourmand. Les propositions de soutien scolaires sont nombreuses et la concurrence est rude. Il convient donc de s’aligner un minimum aux tarifs proposés par les autres étudiants. Si par ailleurs certains possèdent des compétences recherchées et/ou rares (professeur de russe, en informatique etc.), ils peuvent se permettre d’augmenter un peu son taux horaire. Ce sera, de plus, un gage de sérieux et de qualité pour les parents.

Travailler dans un lycée

Il y a beaucoup de lycées qui manquent de professeurs dans les matières générales telles que les mathématiques ou qui ont besoin ponctuellement de remplaçants. Il s’agit souvent d’emplois à temps partiel, ce qui peut permettre aux étudiants d’assister à tous leurs cours et de pouvoir travailler en parallèle. La seule condition est la possession d’un bac +2 au minimum.

Attention tout de même, la préparation de cours peut être une activité très chronophage. Il ne faudrait pas que ce temps prenne le pas sur le travail personnel de l’étudiant. Il est donc conseillé de ne pas dépasser les 10h de cours par semaine et d’établir une progression précise sur le temps de remplacement de l’enseignant. Il est également important de noter que le métier d’enseignant n’est pas simple et demande de faire preuve d’une certaine autorité pour cadrer le groupe classe. Les séances de cours peuvent donc être vécues comme une épreuve par certains mais d’une réelle expérience pour d’autres. Les étudiants intéressés ont donc tout intérêt à faire une journée d’essai avant de s’engager de façon définitive.

Il est également possible d’être assistant d’éducation pour tous ceux qui ne se sentent pas capables ou qui n’ont pas envie d’investir une classe. Les assistants d’éducation travaillent en étroite collaboration avec le CPE (Conseiller Principal d’Education). Ils font donc figure d’autorité et proposent régulièrement des activités et animations aux lycéens. Pour pouvoir faire ce travail, il faut être à l’aise avec les jeunes et trouver le ton juste pour asseoir son autorité sans faire preuve d’autoritarisme.

Le baby-sitting

Le baby-sitting est un job bien connu pour tous les jeunes qui souhaitent gagner un peu d’argent ou arrondir leurs fins de mois. C’est une option qui peut être très intéressante pour tous les étudiants qui sont à l’aise avec les enfants. Il est souvent demandé d’aller chercher les enfants aux établissements scolaires, de leur préparer les repas, de les aider à faire les devoirs et de les coucher. C’est d’ailleurs au moment du coucher que l’étudiant peut travailler sur ses propres cours, un temps de révision qui n’est donc pas à négliger sur le long terme.

Attention tout de même à choisir une situation familiale appropriée. Une famille trop grande ou trop éloignée du domicile de l’étudiant peut être difficile à gérer pour au quotidien et faire perdre tous les bénéfices d’un baby-sitting. L’âge des enfants à également son importance. Mieux vaut privilégier les enfants en âge d’être autonomes plutôt que les bébés ou les enfants en bas âge demandant énormément de temps et d’attention.